Centre de Reproduction Assistée Infertilité Nouvelles PMA

PMA : Quels sont les test génétiques possibles?

PMA : Quels sont les test génétiques possibles?

Il existe actuellement différents tests génétiques qui nous permettent de diagnostiquer des maladies et ainsi éviter leur transmission à l’enfant.

  1. Caryotype du couple en PMA
  2. Les tests génétiques de mutation (Test de Compatibilité Génétique)
  3. Le Diagnostic Génétique des embryons
  4. Le test de compatibilité génétique

 Caryotype du couple en PMA :

Le caryotype est une analyse sanguine simple qui permet de comptabiliser les chromosomes des patientes et vérifier leur structure. Pour les femmes le résultat sera de 46 chromosomes XX et pour l’homme, 46 chromosomes XY.

Le caryotype permet de savoir:

  • Si le nombre de chromosomes est correcte, ou s’il en manque.
  • Si leur structure est normale ou s’il existe un chromosome inversé.

Les Test Génétiques de mutation 

Ils permettent de vérifier s’il existe des altérations sur certains gênes. Il s’agit d’une étude beaucoup plus précise que le caryotype et recherche des maladie spécifiques, comme la mucoviscidose, la neurofibromatose…

RDV gratuite procreatec

Le Diagnostic génétique des embryons

Aujourd’hui, le DPI est une technique parfaitement intégrée dans les meilleures cliniques de fertilité. Grâce à cette technique, l’embryon peut être étudié préalablement au transfert à l’utérus maternelle, et seuls les embryons viables seront transférés.

Le DPI est utilisé pour diagnostiquer l’embryon et vérifier la présence d’altération chromosomique des géniteurs. Cela nous permet de sélectionner un embryon sain, c’est-à-dire qui ne soit pas porteur de maladie, avant de le transférer à l’utérus. Il est indiqué pour des couples chez qui il y a une maladie génétique diagnostiquée, comme la maladie de Huntington ou la mucoviscidose. Cette technique pourrait aussi permettre de sélectionner le sexe de l’enfant, mais cela n’est permis en Espagne que si la maladie ne se manifeste que chez l’un de deux sexes.

Le processus du DPI ressemble à la stimulation conventionnelle, à la différence qu’au deuxième jour de la fécondation en laboratoire, on réalise une biopsie sur les cellules de l’embryon pour analyser leur bagage chromosomique. On étudie pour cela leur ADN, qui est la forme sous laquelle sont stockés les gènes. On pourra ainsi déterminer si l’embryon est porteur d’une anomalie génétique : les embryons atteints sont écartés et seuls les embryons sains seront transférés à la patiente.

Ce test est recommandé dans les cas suivants:

  • pour une femme de plus de 40 ans, qui réalisera un traitement avec ses propres ovocytes
  • lorsqu’il y a des altérations génétiques sur les spermatozoïdes
  • lorsqu’il y a un passif de fausses-couches à répétition,
  • lorsque l’homme ou la femme présente une altération dans le caryotype.
  • Lorsque l’homme ou la femme sont porteurs sains d’une altération génétique.

Il faut bien prendre en compte que ces techniques augmentent significativement les taux de réussite chez des femmes présentant les antécédents précédemment cités, mais ne garantit pas d’autre type de malformations ou maladies dont l’origine ne serait pas génétique.

Test de compatibilité génétique

Les maladies rares sont produites généralement par la présence de mutations génétiques récessives. Cela implique que les deux géniteurs doivent être porteurs de la même malformation génétique pour que l’enfant soit atteint de cette maladie.

Nous sommes tous, sans le savoir, porteurs d’une maladie génétique récessive. Le fait d’être porteur se signifie pas que nous sommes atteints de cette maladie, mais que nous pouvons néanmoins la transmettre. Nous ne pourrons pas le savoir sans faire un test génétique pour le détecter.

Il s’agit d’un examen réalisé par l’analyse d’ADN d’un échantillon de sang ou de salive.

Quand est-il recommandé de le faire ?

  • Quand l’un des deux géniteurs est porteur ou a des antécédents familiaux d’une maladie génétique connue.
  • Quand les patients souhaitent vérifier la présence de mutations entre les géniteurs, en cas de don de gamète par exemple.

Que se passe-t-il si les deux géniteurs sont porteurs de la même mutation ?

La probabilité d’avoir un enfant atteint de la maladie sera alors de 25%.

Dans le cas de traitement avec don de gamètes, nous recherchons alors un donneur/une donneuse compatible pour éviter la transmission de maladies génétiques.

L’incompatibilité génétique entre néanmoins très rares et ne se retrouvent que dans 5% des cas, ce qui signifie que les risques de maladies rares sur l’enfant est de 1%.

Les maladies rares les plus courantes sont : mucoviscidose, Atrophie musculaire,spinale, polykystose rénale autosomique récessive, Surdité héréditaire non syndromique, mucopolysaccharidoses, Anémie falsiforme, Maladie de Gaucher, Syndrome du X-fragil, B-Talasémie.

Nos médecins pourront vous conseiller sur l’utilisation ou non de es techniques selon vos antécédents et parcours PMA. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

ProcreaTec

At ProcreaTec, we understand the road toward a healthy pregnancy is not always easy. Through this blog, we want to reach out to all who are struggling on the path of infertility to find support. If you have any questions or would like to tell us about your situation, you can comment on the posts or send us an e-mail.
If you would like to learn more about our clinic, we invite you to visit our website en.procreatec.com
ProcreaTec: converting patients into parents.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour publier un commentaire

Catégories

Formulaire

Archives