Varicocèle et fertilité

La varicocèle peut affecter la fertilité, et la chirurgie ou les techniques de reproduction peuvent être des traitements efficaces.

Varicocèle et fertilité

La varicocèle est un des problèmes de l’appareil reproductif masculin les plus courants dans le monde. Même s’il est quasiment toujours diagnostiqué à l’âge adulte, il commence dès un plus jeune âge.

La varicocèle consiste en l’inflammation des veines de l’intérieur du scrotum. Elle se forme quand les valves de l’intérieur des veines empêchent que le sang ne circule normalement. Les veines souffrent donc une dilatation et donc ensuite une inflammation. La plupart du temps, la varicocèle se développe lentement chez les hommes de 15 à 25 ans. Leurs symptômes peuvent être, outre l’inflammation veineuse, l’inflammation du scrotum, ou la présence d’une petite protubérance sur celui-ci. Mais elle n’est souvent pas diagnostiquée par manque de symptômes ou signaux qui indiquent qu’il y a un problème.

Répercussion sur la fertilité

L’inflammation provoquée peut faire augmenter la température et engendrer un manque d’oxygène, avec d’autres déclencheurs qu’il reste encore à découvrir et sous en cours de recherche. Ces troubles de température et oxygénation pourraient affecter directement la partie du testicule chargée de la production des spermatozoïdes, en diminuant leur quantité et qualité, et ainsi influencer la fertilité masculine.

Comment la détecter à temps?

Les symptômes indiqués ci-dessous ne sont pas toujours révélateurs de varicocèle. Néanmoins, d’autres symptômes à moindre rapport, peuvent nous mettre sur la piste :

– Une sensation d’oppression au niveau testiculaire même occasionnelle ou une légère gêne.

– Gêne sur la zone pendant ou après la réalisation d’activités sportives.

– Petites douleurs, parfois transitoire sur la zone inguinale, surtout en position debout.

Avec un diagnostic de varicocèle, peut-on devenir père ?

La réponse est oui. En fonction du degré de varicocèle, elle pourra influencer plus ou moins la fertilité, cela dépendra aussi du temps de la maladie. Avec une petite chirurgie, certaines fois après quelques mois, le patient pourra récupérer les valeurs permettant une future paternité. En fonction des conditions dans lesquelles se trouvent les patients, et avec la réalisation d’une étude sur le sperme (spermogramme), des techniques de reproduction artificielle peuvent être nécessaires pour aider le couple à la conception : insémination artificielle, fécondation avec ICSI, biopsie testiculaire, et dans d’autres cas plus rares, avoir recours à un don de sperme.

Si vous avez des doutes sur cette maladie masculine ou sur d’autres facteurs pouvant influencer la fertilité masculine, nous vous invitons à nous écrire à info@procreatec.com ou à demander une première consultation gratuite par téléphone au : 34 914 58 58 04.

Première consultation gratuite

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *