Facteur Masculin Nouvelles Reproduction Assistée

Témoignage FIV: La parole aux hommes (II)

Témoignage FIV: La parole aux hommes (II)

1/ Quel est votre parcours PMA ?

La PMA est devenue une évidence compte tenu des problèmes de santé rencontrés par mon épouse autour de la zone sensible de l’utérus. Ayant subi plusieurs opérations, il devenait peu probable de réussir à avoir un enfant naturellement.
Nous avons donc effectué une première FIV en 2017 qui a échoué. Pourtant, 2 embryons ont été réinjectés et la première prise de sang s’est révélée positive. Mais il s’agissait en réalité d’une grossesse dite « biochimique » (pas de développement du bébé)
Nous avons laissé passé du temps avant de retenter une nouvelle FIV en raison de nouveaux problèmes médicaux rencontrés par mon épouse. La deuxième FIV s’est déroulé pratiquement 1 an plus tard jour pour jour. Comme lors de la première tentative, 2 embryons ont été réintroduits. Et cette fois-ci, l’un des deux à tenu. Aujourd’hui, mon épouse en est à 6 mois de grossesse.

2/ Comment avez vous vécu les traitements de FIV

Il faut entrer dans le parcours FIV pour comprendre ce que c’est réellement. Il y a un protocole stricte à suivre tout au long du parcours. Il faut donc le suivre rigoureusement (prise des médicaments, avec la bonne dose à heure précise). Cela peut devenir une contrainte journalière qu’il faut accepter. Il faut aussi contacter tous les jours sur le centre FIV et prendre connaissance des prochain rendez vous (prise de sang, échographie) et de l’éventuel changement de dosage de médicament. C’est bien entendu mon épouse qui reçoit tous les traitements et qui doit les assumer au quotidien. En tant que conjoint, ma responsabilité est de tous les instants. Je l’ai accompagné dans pratiquement tous les rendez vous, je suis resté avec elle pour la rassurer lors des prises de médicaments, c’est également moi qui ait pratiqué les injections de médicament sous cutanée (ma femme refusant de se faire elle même les piqûres). J’ai donc cherché  à jouer mon rôle et chercher à assumer toutes ces étapes, c’était ma manière à moi de participer au traitements et montrer à mon épouse qu’elle n’était pas seule.

3/Quel a été le moment le plus dur pour vous

Le moment le plus dur a été l’attente des résultats suite à la FIV n°1 et l’échec qui en a découlé. Nous avons rapidement compris que la grossesse ne se poursuivrait pas. Nous étions bien entendu préparé à l’échec, d’ailleurs, l’échec est bien plus probable que le succès. Mais c’est l’espoir qui fait avancer les couples. Le parcours FIV étant très éprouvant et usant moralement, l’échec est une véritable claque, une onde de choc. Mon épouse et moi avons cherché à ce moment là à trouver le positif dans l’échec. Nous avions réussi une grande partie du parcours et qu’il y avait eu grossesse bien qu’éphémère. Nous nous sommes aussi projeté sur une deuxième FIV en nous disant que les docteurs tireront un enseignement du traitement et qu’ils ajusteront le traitement lors du prochain essai.

4/ Et le meilleur moment

A l’évidence, c’est le résultat positif de la FIV n°2. L’attente a été très longue. Nous sommes passés par toutes les émotions. Nous nous sommes beaucoup parlé avec mon épouse afin d’évacuer le maximum le stress. Nous cherchions également tous les signes positifs et négatifs et comparions par rapport à la première tentative. Le résultat positif était irréel un moment de surprise total. Était ce vrai ? J’ai cherché à garger la tête froide et resté posé et en anticipant déjà la prochaine étape. Nous partions de tellement loin avec mon épouse qu’il nous a été impossible de nous lâcher et de nous dire que nous avions réussi. Il a fallu du temps pour intégrer le succès.

5/ Quels conseils donneriez vous à tous les couples en parcours de PMA ?

Je pense qu’il faut réussir à vivre le parcours à deux. C’est bien entendu la femme qui va recevoir les différents traitements. Mais le conjoint doit prendre sa part. Il peut participer activement en l’accompagnant au centre FIV lors des examens (echo, prise de sang) et il peut pratiquer les injections. Il doit rester positif et rassurer sa femme dans les moments de doute.
Je pense qu’il faut ensuite faire confiance à son centre de PMA. C’est bien le centre qui a connaissance du dossier, et c’est bien lui qui sait proposer le traitement adéquat.
Enfin, je dirais qu’il faut faire preuve de patience. Le parcours est long et l’échec doit être intégrer comme une éventualité probable avant de débuter. Cet échec est vécu négativement par les couples, c’est d’ailleurs impossible de le vivre autrement. Mais pour le centre PMA, cet échec est un moyen d’obtenir des informations , les docteurs pourront ajuster le traitement lors de la prochaine tentative.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Catégories

Archives