Syndrome de l’ovaire polykystique: Menaces pour la fertilité.

Syndrôme de l'ovaire polykystique

Le syndrome de l’Ovaire Polykystique (SOP) est une pathologie qui touche 5% à 10% des femmes en âge de se reproduire et se caractérise par :

1º Niveaux élevés d’androgènes dans le sang.

2º Périodes menstruelles irrégulières ou absence de règles.

2º Echographie ovarienne montrant plusieurs images folliculaires.

L’origine de ce syndrome reste encore inconnue, nous l’associons à l’obésité et les troubles du métabolisme du glucose, hirsutisme ou excès de duvet corporel et infertilité.

Le syndrome de l’Ovaire Polykystique se compose de plusieurs éléments pouvant provoquer différents symptômes chez les femmes atteintes. Les plus fréquents sont :

–          Absence ou périodes menstruelles peu fréquentes.

–          Infertilité par manque ou absence d’ovulation.

–          Forte présence de duvet corporel.

–          Prise de poids, avec distribution de gras dans les zones centrales.

–          Résistance à l’insuline avec hyperinsulinisme, qui peut donner lieu à une acanthosis nigricans, ou assombrissement des flexures de la peau.

Comment le diagnostiquer?

Les critères de Rotterdam pour le diagnostic de SOP incluent:

–          Oligomenorrhea

–          hyperandrogénisme.

–          Echographies avec beaucoup de follicules (plus de 12) de moins de 10 mm.

Traitements et infertilité

L’objectif pour le traitement de SOP est basé sur les symptômes, et parfois il faudra avoir recours à des traitements combinés pour arriver à une amélioration.

∙       Pilules anticonceptives permettant de régler les cycles et de réduire les niveaux de circulation d’androgènes.

∙       Traitement médical de l’hyperinsulinisme, avec médicaments antidiabétiques oraux.

∙       Traitement pour la fertilité.

∙       Chirurgie.

Avant de commencer un traitement pharmaceutique ou d’envisager la chirurgie, il est intéressant de modifier certaines habitudes de vie, qui peuvent aider à améliorer les symptômes du SOP. Une alimentation saine, faire de l’exercice fréquemment et perdre du poids peuvent contribuer à une amélioration de de la situation hormonal de l’organisme.

Infertilité

L’un des piliers de base lors de la recherche d’une grossesse est l’ovulation. Les troubles de l’ovulation sont à près de 15% la cause de l’infertilité des couples. Dans la plupart des cas, ces dérèglements sont produits par le SOP. Certaines femmes atteintes de SOP arrivent à tomber enceintes, mais elles ont aussi beaucoup de risques de faire une fausse-couche précoce. La mauvaise qualité ovarienne associée au milieu hormonal du SOP peut contribuer à la mauvaise qualité ovarienne et l’échec reproductif.

Ainsi, pour améliorer ce pronostic, il est essentiel d’améliorer le profil hormonal de la patiente, en se basant sur les piliers d’alimentation et exercices, et avec un traitement adapté pour chaque cas.

Il est important que les patientes atteintes de SOP soient conscientes de l’existence d’autres maladies associées à ce syndrome, comme l’hypertension, le diabète, ou le syndrome métabolique.  Un bon contrôle initial peut donc contribuer à améliorer leur qualité de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *