Stress vs Fertilité

Quand une femme essaie de tomber enceinte pendant des mois et des mois et qu'elle n'y arrive pas, elle commence à entrer dans une dynamique de pensées négatives. Quand une femme essaie de tomber enceinte pendant des mois et des mois et qu’elle n’y arrive pas, elle commence à entrer dans une dynamique de pensées négatives. Elle se retrouve alors stressée et parfois déprimée sans avoir même consulté un spécialiste en fertilité.

Des études de psychologie démontrent que lorsqu’une femme ou un couple est conscient qu’il a un problème de fertilité, le vécu est comparable au choc que reçoivent les personnes qui apprennent qu’elles ont un cancer ou une autre maladie grave. C’est logique, car la fertilité touche les femmes dans l’étape adulte de leurs vies.

Un autre facteur à prendre en compte est l’existence d’un pourcentage élevé de femmes qui font beaucoup d’heures soumises à un stress important au travail, et qui essaient d’être mères. La Docteur Sarah Berga, spécialiste en procréation médicalement assistée à l’Université Emory, aux États-Unis, a réalisé une recherche qui fait le lien entre le stress et l’infertilité. « Nous pensons que nous pouvons solutionner l’infertilité grâce aux traitements PMA, déclare-t-elle, mais on ne s’investit pas assez pour comprendre le rôle que joue le stress : et si nous pouvions solutionner certains problèmes d’infertilité en y remédiant ? ».

L’étude de la Docteur Berga, réalisée sur des singes femelles rhésus, a trouvé des pistes intéressantes quand les femelles étaient soumises au facteur stress. Voici les conclusions :

– 10 % des guenons ont arrêté d’ovuler et d’avoir leur menstruation lorsqu’elles étaient soumises au stress social.

– La même chose pour 10 % d’entre elles quand leur alimentation et l’activité physique étaient perturbées.

– Plus de 70 %, quand les trois facteurs (alimentation, activité physique et stress social) étaient perturbés.

La Docteur Marta Moschetta, spécialiste en procréation médicalement assistée à ProcreaTec, nous donne son avis professionnel à ce sujet : « Je pense que c’est fondamental que les patients choisissent le bon moment dans leurs vies pour faire un traitement PMA. Ce n’est pas la peine de faire un traitement si on est trop stressé au travail ou qu’on a des problèmes familiaux. Il y a bien sûr beaucoup de facteurs dans nos vies qu’on ne peut pas changer, alors on doit apprendre à vivre avec le stress et surtout, apprendre à le maîtriser.  Le Yoga, l’acupuncture, parler avec un psychologue ou un ami qui vous écoute, faire du sport ou se faire faire un massage sont des activités qui peuvent nous aider à mieux gérer le stress et les problèmes d’infertilité en général. »

Au XXIe siècle, le stress est un facteur de plus en plus présent dans nos vies. Nous devons améliorer notre qualité de vie pour ne pas affecter notre fertilité et pour améliorer notre santé en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *