Solidarité féminine

MontajeChicas_8Les dons d’ovocytes ont augmenté pendant ces dix dernières années. Avec l’émancipation de la femme et le dilemme des femmes de choisir entre la maternité et leur carrière professionnelle, l’âge auquel elles ont leur premier enfant augmente. En Espagne, il se situe autour de 31,6 ans. En repoussant la maternité, les probabilités de grossesse diminuent. Mais cela peut être solutionner avec le don d’ovocytes. L’augmentation de l’espérance de vie et un certain rajeunissement de la société (les quarantenaires sont les nouveaux trentenaires) font que lorsqu’une femme en parfaite santé, sexy et relativement jeune souhaite être mère, elle n’y arrive pas. Même si physiquement ça ne se voit pas, elle a bel et bien dépassé les 40 ans, son corps le ressent, ses ovocytes aussi. « Il est fréquent d’avoir des femmes de plus de 40 ans qui désirent être mère et qui optent pour le don d’ovocytes », explique Lorena López, coordinatrice clinique chez ProcreaTec. Les ovocytes d’une donneuse peuvent donc être d’une grande aide, un geste altruiste qui ne cesse d’augmenter en Espagne. D’après la plupart des experts, les raisons de cette hausse sont nombreuses : un plus grand accès à l’information sur le procédé, une maternité tardive chez les femmes et la crise.

En même temps que la demande de ce traitement augmente, beaucoup de jeunes femmes ont entendu parler du don d’ovocytes. « Au début ça m’impressionnait un peu, mais je l’ai fait et maintenant je vais le refaire », raconte une donneuse de la clinique madrilène ProcreaTec. « Je vais en parler à mes amies parce que je trouve que c’est un grand geste pour une personne qui ne peut pas avoir d’enfant. En plus, la rémunération financière est intéressante », ajoute-t-elle. L’Espagne est un pays leader au niveau mondial non seulement en don d’organes, mais aussi d’ovocytes. Cela est dû au fait que dans d’autres pays de l’Union européenne, les critères sont soit très restrictifs, soit la loi ne garantit pas l’anonymat, soit il n’y a pas de dédommagement financier pour les dérangements causés à la donneuse.

Le processus du don d’ovocytes est assez simple. D’abord, on provoque une stimulation ovarienne avec l’application d’un traitement hormonal. Lorsque les ovocytes sont prêts, on réalise une intervention légère, d’une durée de 15 minutes, et on extrait les ovocytes. Pour faire un don, les femmes doivent avoir entre 18 et 30 ans et, avant le don, elles sont soumises à une série de tests psychologiques et à plusieurs analyses pour confirmer leur parfaite santé et leur fertilité.

« Les personnes qui désirent avoir un enfant n’y renonceront pas pour des raisons financières ; il est probable que si les systèmes de santé publics n’offrent pas ce service, il y ait une augmentation du nombre de traitements dans le secteur privé », précise Jennifer Rayward, directrice de ProcreaTec. Les centres de fertilité privés espagnols ont renforcé leur position internationale depuis bien longtemps. Chaque année, des milliers de personnes se rendent dans notre pays en raison des traitements proposés et de la qualité des médecins et des embryologues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *