Les raisons qui poussent une femme au don d’ovocytes

Les raisons qui poussent une femme à être donneuse d'ovocytesUne question fréquente que nous posent les receveuses d’ovocytes est : « Pourquoi une femme jeune et qui peut avoir des enfants propose de donner ses ovocytes ? ». Être donneuse n’est pas tâche facile. Pour le don d’ovocytes, une femme doit se soumettre à un traitement de stimulation avec des piqûres quotidiennes pendant 10 jours, puis à une ponction sous sédation profonde, avec les effets secondaires et les risques que cela implique. Bien qu’il représente un gain d’argent, le processus de don d’ovocytes est ardu psychologiquement et physiquement. La Docteur Jennifer Rayward examine les raisons qui poussent certaines femmes à être donneuses.

« Je pense que c’est très superficiel de penser que le don d’ovocytes ne se fait que pour des questions d’argent. On ne paie que 900 € et cette somme ne permet pas de résoudre grand chose dans la vie. En plus, on ne donne pas cette somme d’argent à n’importe quelle personne qui un beau jour pousse la porte de notre clinique et dit qu’elle veut être donneuse. Toutes les femmes intéressées doivent suivre un processus d’information et d’évaluation afin de s’assurer qu’elles peuvent être donneuses.

Pendant ce processus d’information, nous leur expliquons comment se déroule le traitement, nous nous assurons qu’elles comprennent bien que leurs ovocytes peuvent permettre de procréer un enfant, et nous insistons sur les risques pour leur santé personnelle afin que tout le processus soit bien clair. Un nombre non négligeable de jeunes filles qui viennent s’informer sur le don d’ovocytes décide finalement que ce n’est pas fait pour elles. Les femmes qui décident de continuer doivent faire des tests de personnalité et passer un entretien avec le psychologue afin de certifier que la donneuse est psychologiquement prête pour ce traitement. Après avoir passé les tests exigés par la loi, et sous la condition que la donneuse soit en bonne santé, ce n’est qu’alors seulement que la femme peut donner ses ovocytes.

Le processus de don d’ovocytes est compliqué, alors à mon avis, il faut avoir un fond d’altruisme et un désir d’aider. Certaines donneuses ont déjà des enfants et en connaissent donc les effets positifs. Certaines d’entre elles, après avoir eu le nombre d’enfants souhaité, se sont fait ligaturer les trompes et nous racontent qu’elles n’ont plus besoin de leurs ovocytes, et qu’elles sont heureuses de les donner afin que d’autres personnes puissent aussi réaliser leur rêve d’avoir des enfants.

Il y a un autre facteur qui freine peut-être dans d’autres pays de nombreuses femmes intéressées par le don d’ovocytes, c’est l’anonymat. En Espagne, la législation est très claire : le don est anonyme et ici, ni la donneuse, ni la receveuse ne sont connues. L’enfant pouvant naître de ces ovocytes ne pourra jamais chercher sa mère biologique. La loi espagnole ne pourra jamais devenir rétroactive et modifier cette clause d’anonymat. L’identité des donneuses est donc protégée. Pour de nombreuses femmes, ce dernier point est déterminant.

Quelle que soit la motivation qui pousse une femme à être donneuse, une chose est sûre, c’est que depuis le temps que je travaille dans le monde de la procréation, aucune donneuse ne m’a dit qu’elle regrettait d’avoir fait le don. ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *