L’infertilité menace la stabilité du couple

Infertilite ProcreatecUne récente étude danoise, publiée dans la revue Acta Obstetricia, établit un lien entre les problèmes de fertilité et la vie de couple.

En effet sur 47500 femmes suivies au cours de cette étude, 26% de celles qui n’ont pas eu d’enfants sont divorcées ou vivent seules, soit 3 fois plus que celles ayant eu un bébé. L’infertilité constitue l’une des crises les plus profondes du couple et remet en question beaucoup d’aspects de la vie à deux ; les rêves d’avenir, les relations sociales, relations sexuelles, etc.

Certes, l’absence d’enfants et l’impossibilité de concevoir naturellement peut amener le couple à vouloir se séparer, mais ce n’est pas toujours le cas, et il peut en ressortir plus fort. Comment alors affronter l’épreuve de l’infertilité ?

LE CHOC

Au sein d’un couple, l’annonce de l’infertilité est ressentie comme un choc. En effet, les couples pensent toujours pouvoir faire un enfant de façon naturelle et les difficultés à concevoir ne sont jamais envisagées. Ils réalisent alors que pour devenir parents, ils devront passer par les contraintes de l’AMP (Assistance Médicale à la Procréation), et peut-être même le don de sperme ou d’ovocytes. Ce moment est particulièrement difficile pour celui des deux qui souffre d’infertilité, qui sera submergé par un sentiment de culpabilité.

PENDANT LE TRAITEMENT

Quel que soit le traitement d’AMP (Insémination, Fécondation In Vitro, Don d’ovocytes, etc.), c’est une étape physiquement et psychologiquement très dure pour le couple. Le stress atteint son sommet et le thème de la fertilité devient omniprésent dans la vie à deux. Certains couples en arrivent même à séparer en cours de traitement tellement la pression est forte.

SE RESERVER DES MOMENTS À DEUX

Entre les rendez-vous chez le gynécologue, les prélèvements de sperme, les infirmiers, les prises de sang, les transferts, la meilleure chose à faire est de se changer les idées. Alors n’hésitez pas à aller au cinéma, au restaurant sans penser qu’il faut rentrer à telle heure pour les injections hormonales. Ce n’est toujours pas évident mais le couples doit pouvoir se retrouver et se distraire.

Beaucoup de couples choisissent aussi de ne pas parler de leurs problèmes à leurs proches. Mais cette situation est très dure à tenir et les mensonges deviendront de plus en plus fréquents. Nous conseillons d’en parler dès le début en fixant bien sûr des limites. Une communication claire et adaptée pourrait, dans bien des cas, éviter l’isolement social et diminuer le stress qui en découle.

ET LES RELATIONS SEXUELLES ?

Nous conseillons à tous les couples en traitement de PMA d’avoir des relations sexuelles mêmes en dehors des périodes d’ovulation. Si les relations sexuelles sont constamment programmées et ne sont plus justifiées que par la conception d’un enfant, il n’y a alors plus de désir. Les rapports deviennent vite une corvée, et une obligation et perdent la spontanéité et l’érotisme d’avant. Ce manque de désir peut même engendré chez l’homme des problèmes d’impuissance ou d’éjaculation précoce et des douleurs pendant l’acte chez la femme.

Alors, n’hésitez plus et profitez de votre couple !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *