Les 10 idées reçues sur la fertilité

Les 10 idées reçues sur la fertilité

Les idées reçues sur la fertilité et la reproduction assistée peuvent réduire les taux de grossesse.

Les conseils qui circulent sur internet sur les différentes positions sexuelles qui favoriseraient la fécondation pendant les jours fertiles afin de tomber enceinte sont faux et inexacts.

Il est fréquent de lire sur les forums et autres pages web des recommandations sur l’abstinence sexuelle masculine ou sur les relations sexuelles quotidiennes qui sont, elles aussi, incorrectes.

La qualité spermatique diminue si le patient passe plus d’une semaine sans avoir éjaculé ou s’il éjacule de manière trop fréquente.

Raquel Pascual, notre psychologue et infirmière nous parle des préjugés les plus communs sur la fertilité qui circulent sur internet et les réseaux sociaux.

Les 10 idées reçues les plus communes sur la fertilité

1. C’est facile de tomber enceinte.

En France, 1 couple sur 6 souffre d’infertilité. Sur un cycle menstruel, un couple a seulement 20% de chance d’obtenir un test de grossesse positif.

2. Les probabilités de tomber enceinte sont les mêmes à n’importe quel moment du cycle.

Les femmes ne sont fertiles que quelques jours par mois, juste avant et juste après l’ovulation. Il faut savoir que l’ovule a une durée de vie qui varie entre 12 et 24 heures.

3. Certaines positions sexuelles ou post-coïtales favorisent la fécondation.

Il n’y a aucune preuve scientifique qui prouvent cette affirmation. Certaines postures après des relations sexuelles ou pratiquer la position du missionnaire n’augmentent pas les chances que les spermatozoïdes atteignent l’ovule et le féconde.

4. Les femmes peuvent tomber enceinte quand elles le désirent.

Le fait de voir continuellement des célébrités de plus de 40 ans voire même 50 ans annonçant leur grossesse laisse penser que la fertilité féminine n’a pas de limite. La réalité est tout autre. À partir de 35 ans, les chances de tomber enceinte diminuent de manière importante et un grand nombre de ces femmes célèbres ont eu recours à don d’ovocytes ou une vitrification de leurs propres ovocytes étant plus jeunes.

5. Il n’est pas nécessaire de consulter un spécialiste de la fertilité si on a pas essayé de tomber enceinte de manière naturelle pendant au moins un an.

Oui mais il faut aussi tenir compte de l’âge de la femme qui souhaite tomber enceinte. À partir de 35 ans nous recommandons de vous rendre chez un spécialiste si vous n’êtes pas tombée enceinte au bout de 6 mois et 3 mois pour les femmes de plus de 40 ans.

6. La fausse couche est un signe d’infertilité.

La fausse couche est un thème assez tabou dans notre société mais beaucoup plus présent qu’il n’y parait. Avoir souffert d’une fausse couche n’implique pas qu’un couple ne puisse pas avoir un enfant sain. Toutefois, si le nombre de fausses-couches augmente, il est important de consulter un gynécologue spécialiste en reproduction assistée pour en diagnostiquer la cause.

Contactez-nous

7. L’alimentation n’a pas de conséquence sur la grossesse.

Plusieurs études indiquent que le surpoids et l’obésité affectent autant la fertilité masculine que féminine. D’après une étude espagnole, certaines diètes comme le régime méditerranéen, améliorerait la qualité du sperme et les taux d’implantation embryonnaire.

8. Le tabac et l’alcool n’ont pas d’influence sur la fertilité

Le tabac et l’alcool sont nocifs et ont des répercussions néfastes sur la fertilité du couple.

9. Il est impossible de tomber enceinte pendant son cycle menstruel.

En effet, c’est assez difficile mais pas impossible. Les femmes qui ont des cycles courts (moins de 26 jours) ou irréguliers peuvent ovuler pendant les saignements.

10. Chez la majeure partie des couples, c’est la femme qui est infertile.

Il s’agit d’une fausse affirmation. Dans un couple, l’origine du problème réside dans 30% des cas chez la femme, 30% des cas chez l’homme et dans 30% les deux conjoints présentent des causes d’infertilité. Pour les 10% restants, la cause de l’infertilité est inconnue.

« Bien qu’internet soit un outil très utile, il faut faire attention au contenu des pages que nous lisons et qui peuvent nous induire en erreur. Ces informations erronées peuvent conduire des patients à ne pas consulter un spécialiste en fertilité alors qu’ils en ont réellement besoin. » conclut Raquel Pascual.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *