Le zinc, l’étincelle de la vie

zinc et fertilite

Le zinc joue un rôle très important dans la fécondation de l’embryon.

Si vous faites partie des personnes qui prennent soin de votre santé, vous connaissez sûrement déjà les bénéfices de garder un niveau de zinc adéquate. D’abord, parce que le Zinc est un micronutriment essentiel, qui contribue à avoir une peau saine, aide à garder une bonne vue, au système immunitaire et en plus, améliore la santé reproductive.

Le Zinc se retrouve dans plusieurs aliments, comme par exemple, les huitres, les graines de sésames, l’épinard, les champignons shitake, les noix de cajou, l’avoine, et bien d’autres.

La revue scientifique Natura Chemistry a récemment publié un article qui démontrait que le Zinc jouait un rôle important dans la maturation ovocytaire, et en plus dans la fécondation. L’étude a pu prouver que l’ovule fécondée produit une série « d’étincelles de Zinc », et ceci juste au moment où l’ovocyte se transforme en embryon.

Cet instant n’a pas encore dévoilé tout son mécanisme, mais ce que l’on sait c’est qu’au moment où l’ovule arrive à maturation, il existe une production importante de zinc. En l’absence de cette quantité de Zinc, l’ovule n’arrive pas au stade de maturation MII.

Cependant, pour obtenir la transformation en embryon, le niveau de Zinc doit diminuer, et c’est pour ça qu’il est libéré en forme d’étincelles.

Cette surprenante recherche démontre donc une fois de plus la complexité du processus de développement embryonnaire.

Chez ProcreaTec, nous pensons que toutes ces recherches qui en disent un peu plus sur la fécondation et le développement de l’embryon, permettrons dans le future d’avoir de meilleurs outils pour le diagnostic, et les formules efficaces pour les traitements de nos patients.

Réréfence:

Quantitative mapping of zinc fluxes in the mammalian egg reveals the origin of fertilization-induced zinc sparks.

Emily L. Que, Reiner Bleher, Francesca E. Duncan, Betty Y. Kong, Sophie C. Gleber, Stefan Vogt, Si Chen, Seth A. Garwin, Amanda R. Bayer, Vinayak P. Dravid, Teresa K. Woodruff, Thomas V. O’Halloran Nature Chemistry 7,130–139 (2015)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *