L’ACCOMPAGNEMENT PRE-CONCEPTIONNEL: PAROLES D’UNE PROFESSIONNELLE

Estelle Metro

Entretien avec Estelle Phelippeau Métrot, hypnothérapeute, fondatrice de 1001 fécondités , créatrice des Cercles de Fécondité®.

 A qui s’adressent  vos consultations ?

En consultation, je reçois, individuellement ou en couple, celles et ceux qui souhaitent donner du sens à leur parcours pour devenir parents et surtout trouver en eux les ressources pour cheminer vers leur possible enfant, dans les meilleures conditions émotionnelles et relationnelles.

J’accompagne des personnes en démarche de conception naturelle, en parcours d’adoption, en cursus de PMA – insémination, FIV – intraconjugale ou avec don, en France ou hors de France … et aussi ceux qui sont à la croisée des chemins, ou encore qui élargissent leur fécondité à des projets hors parentalité.

Certains consultent en début de parcours, d’autres au bout de plusieurs années ; longtemps avant un transfert, ou à la dernière minute ; pour une à trois séances à un moment clé ou pour un parcours plus long et construit; certains viennent faire la paix avec leur passé, d’autres veulent mobiliser des ressources pour le présent, et tous souhaitent semer des graines pour l’avenir et se préparer au mieux aux différents possibles.

 Pourquoi est-ce nécessaire ?

L’accompagnement préconceptionnel, quand le désir d’enfant est entravé, que les raisons soient médicalement identifiées ou non, s’avère utile pour l’équilibre psychique, émotionnel et relationnel du couple et de ses membres. Et l’on sait aujourd’hui combien ces éléments influent sur le niveau de stress et sur la disponibilité psychique et physique propice à une conception et une grossesse.

D’abord les consultations donnent au couple ou à l’un de ses membres un espace-temps pour être écouté et s’entendre ; pour vivre, dire et penser des émotions, des questionnements ou des options qui n’ont pas toujours leur place dans le cabinet médical ou les échanges avec la famille ou les amis. C’est aussi un espace pour cultiver la confiance dans sa capacité à réaliser son rêve.

Ensuite, elles sont l’occasion de mettre en mots et en mouvement les émotions traversées de façon cyclique tout au long du parcours, mois après mois, essai après essai : toutes les déclinaisons de l’espoir, de la peur, de la colère, de la tristesse. Via l’auto-hypnose, les personnes apprennent à mobiliser leurs ressources pour réguler le stress – en particulier celui qui accompagne le transfert et les périodes qui le précède et le suive – et pour cultiver la confiance et la joie.

Nous portons souvent notre attention sur les relations, au sein du couple, de l’entourage familial, amical, professionnel, qui sont souvent fortement impactées dans les démarches de PMA ou d’adoption. En parler est l’occasion de travailler à trouver la juste distance avec ses différents interlocuteurs, à mobiliser un réseau de soutien et à oser formuler ses demandes et ses limites.

Enfin, dans le cadre de l’accompagnement, certaines personnes viennent évaluer, à la lumière de leur éthique personnelle, les options qui s’offrent à elles pour faire famille, se concerter et apprécier les effets possibles de leurs décisions. Elles viennent réinventer leurs schémas pour composer une famille sur un mode non-conventionnel – quoique de plus en plus courant – et intégrer cette histoire à leur roman de vie et au roman familial pour se préparer à accueillir un possible enfant dans cette histoire.

Dans les cas de don d’ovocytes.

Cet accompagnement est de plus en plus sollicité par des couples qui recourent au don de gamètes, don de sperme et plus fréquemment encore d’ovocytes. Et il me semble effectivement particulièrement important dans ce parcours pour plusieurs raisons.

D’abord, faire des démarches pour concevoir loin de chez soi, loin de son nid, dans un pays souvent inconnu, est quasiment toujours un facteur de majoration du stress, d’autant plus quand on se sent un peu clandestin dans ses démarches par rapport à son pays d’origine, comme cela a pu être le cas en France. Les techniques de visualisation, de programmation de ressources, intégrées par apprentissage de l’auto-hypnose, donne à la femme un outil concret pour aborder l’accueil des embryons dans des conditions émotionnelles optimales.

Dans le cadre de la PMA, et du don en particulier, il convient aussi pour chaque membre du couple, comme pour son entourage, d’élargir ses conceptions et de redessiner ses représentations de la façon de faire un enfant.

Il est là question de faire le deuil de la transmission de son propre héritage génétique, tout en se sentant loyal, dans cette forme de filiation, aux générations qui nous ont précédées, et tout en interrogeant ce que l’on souhaite transmettre et comment on va le transmettre. C’est l’occasion de questionner son désir d’enfant : désir du même ou désir de l’autre ? désir de se reproduire ou d’élever un enfant ? d’avoir un enfant-objet ou d’être parent d’un enfant-sujet ? … Les réponses à ces questions orientent les choix et les récits. C’est aussi l’occasion de questionner son héritage transgénérationnel et d’observer comment un enfant peut venir s’inscrire dans l’arbre de chaque membre du couple.

Il est question également de donner une place au tiers au sein de la dyade parentale, avant même l’arrivée d’un possible enfant. Il est essentiel que les femmes et les hommes puissent interroger la dimension éthique de leur choix, entendre les ambivalences qui peuvent être les leurs, penser la place réelle et symbolique de la donneuse pour eux, pour l’entourage et bien sûr pour le possible enfant dans sa construction physique et psychique. Je propose souvent de consteller le système relationnel réel et symbolique qui entoure le possible enfant, avec des petits personnages ou des coussins. Ainsi chacun peut se mettre à la place des différents protagonistes, ressentir ce qui se passe pour chacun, ce qui est souhaitable … Ainsi peut se tisser et s’élaborer une histoire porteuse de sens, une histoire qui puisse se raconter à l’avenir au sein de la famille en construction ; cela va dans le sens du bien-naitre et du bien-être des enfants, et assure a minima la capacité des parents à accueillir les questionnements et quêtes existentielles qui pourraient survenir.

Souvent pour les possibles parents émergent des questions autour des motivations de la donneuse, du coût du don, de ses conditions humaines et financières pour la donneuse, …, et autour de l’anonymat, du secret, de l’accès aux origines, … et bien sûr du discours à tenir à l’enfant et à l’entourage sur tous ces sujets.

Il s’agit enfin d’accepter la part d’inconnu : le don étant le plus souvent anonyme, l’enfant sera porteur d’un bagage génétique inconnu ; aussi, il semble essentiel pour l’équilibre futur de la famille d’évoquer le degré d’importance que l’on accorde au facteur génétique dans le développement d’un être, de repérer ses peurs et  ses fantasmes concernant l’héritage génétique et symbolique de l’enfant, de se projeter comme parent d’un enfant conçu grâce au don, dans toutes les étapes du développement de l’enfant, avec le secret d’une partie de ses origines.

A l’échelle d’une génération, l’enjeu est sur un plan collectif comme individuel de réaliser une mutation de nos conceptions du « faire un enfant » et « faire famille » : quand on a été élevé, comme toutes les générations qui nous ont précédées, dans l’idée que l’on concevrait facilement des enfants comme nous avons été conçus, intégrer concrètement dans sa tête et dans son cœur, et incarner dans son corps, le fait qu’il faille « tout un village pour faire un enfant», qu’il faille non seulement recourir à une aide médicale mais aussi solliciter le don par des inconnus d’un potentiel de vie à travers leurs gamètes, cela constitue une révolution qui mérite d’être accompagnée, bien sûr socialement, éthiquement, médicalement … et aussi intimement ! Et c’est ce à quoi je m’emploie.

Vos techniques

En coaching

Lors des consultations, je conjugue plusieurs leviers selon les besoins : l’art du questionnement et l’utilisation des métaphores pour ouvrir  le champ de nouveaux possibles; l’ hypnose ericksonienne pour mobiliser tout le potentiel, conscient et inconscient; l’écoute du dialogue intérieur et des rêves, pour que s’expriment toutes les voix et parfois accueillir les ambivalences; la systémique et les constellations pour revisiter les dynamiques relationnelles et  transgénérationnelles; la programmation neuro-linguistique pour faciliter les relations et optimiser le processus de changement.

En cercle de fécondité

Les Cercles de Fécondité® réunissent, dans un espace confortable et chaleureux, des femmes qui souhaitent mettre en mots, mettre en mouvement et mettre en corps leur désir d’enfant. La parole circule et contribue à la transmission entre femmes. Et comme pendant les consultations, je veille à ce que soit donnée la part belle au cœur, à l’émotion, et au corps, aux sensations ; je suis attentive à ce que les femmes retrouvent le chemin de leur matrice utérine, réceptive, porteuse de fécondités, à ce qu’elles ouvrent en elles un espace pour accueillir et porter la vie. Les supports visuels et symboliques – cartes associatives, personnages à consteller, … – , les activités ludiques et créatives, très présents, s’associent à des temps de relaxation, d’auto-massage ou bercement, …

Je développe également en co-animation, des espaces d’échange pour les couples, sous forme de groupe de parole ou avec le support de jeux de développement personnel comme le Jeu du Tao ou le Jeu de la Transformation.

Avec les couples et les professionnels, nous cherchons des façons innovantes d’accompagner sur le plan intime la révolution médicale et sociétale qui est en marche dans les modalités du « faire un enfant » et « faire famille ».

 Vos conseils

Que conseillez-vous aux couples se lançant dans la PMA ?

D’abord, cultivez votre âme d’explorateurs et vos ressources !

L’infertilité, la PMA, le recours au don, … sont des univers inconnus, une Terra Incognita et souvent même une Terra Ingrata, c’est vrai. Et en même temps, le défi procréatif, le parcours du combattant peuvent se transformer en une aventure humaine, en un chemin de conscience de vous-même, de vos envies et de vos ressources.

Tout comme vous faites des explorations médicales pour faire le point sur vos obstacles et vos ressources et pour opérer des choix de traitement, je vous invite à explorer, selon votre sensibilité, les autres dimensions impliquées dans ce projet d’enfant : les sources et les contours de votre désir d’enfant ; votre rapport au corps, réel et symbolique ; votre vie psychique et émotionnelle; votre relation de couple, votre sexualité ; vos relations familiales et dynamiques transgénérationnelles ; vos croyances et votre éthique personnelle ; votre  rapport au fait de solliciter une aide extérieure, votre relation au corps médical, votre regard sur les potentiels donneurs ; et plus largement votre projet de vie, vos stratégies de décisions et de réussite, vos 1001 façons possibles d’être féconds.

Ensuite, soyez souverains !

Les avis, les conseils, les critiques, les parcours normés, … vous en rencontrerez, souvent. Mais ce possible enfant, avec ou sans aide, c’est vous qui le concevez et allez l’élever. Alors, être loyal à vous-même, pleinement auteur de vos choix, et en contact avec vos ressources émotionnelles et psychiques sera la meilleure façon de vivre les processus médicaux de façon consciente et souveraine, … ce qui potentialise certainement les résultats.

L’autre effet important de ce vécu conscient des démarches pour concevoir un enfant et faire famille, c’est qu’il vous prépare à l’accueil et l’accompagnement de ces possibles enfants dans cette famille que vous aurez patiemment désirée et « composée ».

Enfin, soyez fiers !

Le chemin qui est le vôtre pour donner la vie et perpétuer votre famille fait de vous des pionniers dans une étape nouvelle de l’évolution de l’humanité et de sa façon de procréer.

Et face aux possibles dérives de marchandisations, d’exploitation, … qui font souvent l’objet d’inquiétudes et d’accusations dans le débat politique et médiatique, c’est la force de votre engagement, votre conception élargie de ce qui relie les hommes, et votre amour confiant qui feront le bien-naître et le bien-être de vos enfants.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *