La crise entraîne l’infertilité

La profonde récession économique que nous traversons depuis plus de quatre ans nous touche à plusieurs niveaux. Elle touche bien sûr le travail et les revenus. À un niveau plus personnel, elle nous stresse, elle nous rend anxieux et nous déprime. Et dans l’intimité, elle peut entraîner des problèmes de couple, et même d’infertilité. C’est la conclusion d’un groupe de spécialistes de l’hôpital Sant Joan d’Alacant, en Espagne. Ces médecins ont ajouté l’économie aux facteurs qui aggravent les problèmes de fertilité.

Les causes de ce rapport sont le stress lié au travail et à l’argent auquel nous sommes soumis, ainsi que l’augmentation des préoccupations quotidiennes. Ces facteurs affectent aussi bien la capacité reproductive de l’homme que de la femme. D’après plusieurs experts, le rythme et la qualité de vie dans les pays développés ont entraîné une baisse de la qualité du sperme. La pollution environnementale a elle aussi affecté les gamètes mâles ; la qualité du sperme est pire dans les zones industrialisées. La réalité socio-économique fait aussi que de nombreuses femmes retardent l’âge de leur grossesse, ce qui augmente les probabilités d’avoir des problèmes de fertilité.

Même si l’infertilité dans le monde reste stable, l’OMS a publié récemment que nous sommes aussi fertiles qu’il y a dix ans, le nombre de couples qui ont recours à des centres de procréation médicalement assistée a augmenté. Une des causes de la croissance de la demande de traitement de PMA s’explique par un changement de comportement face aux problèmes de fertilité. Cette prise de conscience fait qu’en Espagne, un  pays leader en ce qui concerne le don d’ovocytes, de plus de plus de jeunes couples s’adressent à un centre de procréation médicalement assistée dès qu’ils se rendent compte qu’ils peuvent avoir un problème.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *