Insuffisance Ovarienne Précoce (IOP)

Insuffisance Ovarienne Précoce (IOP)

L’insuffisance Ovarienne précoce (IOP), appelée aussi ménopause précoce, se traduit par une absence d’activité ovarienne chez les femmes de moins de 40 ans. La ménopause survient en moyenne chez la femme à 51 ans et les cas d’IOP sont répertoriés chez 1% des femmes de moins de 40 ans.

Symptômes et diagnostic de l’Insuffisance Ovarienne Précoce

 L’Insuffisance Ovarienne se traduit par différents symptômes :

  • Absence de règles (aménorrhée) de plus de 4 mois avant l’âge de 40 ans.
  • Règles très irrégulières ou règles très courtes (< 26 jours) dans les cas d’Insuffisance ovarienne débutante.
  • Infertilité à cause de l’absence d’ovulation
  • Bouffées de chaleur, insomnie, fatigue chronique, troubles de l’humeur, dus à l’absence d’œstrogènes dans le corps.

Si la patiente présente un ou plusieurs de ses symptômes, une prise de sang servira à diagnostiquer l’insuffisance ovarienne précoce. La patiente présentera un taux de FSH élevé (> 20 UI/L) et des taux d’œstrogènes très bas (<20 pg/mL.) L’hormone Antimüllérienne (AMH) permettra également de déceler une baisse de la réserve ovarienne : on parle d’IOP lorsque la femme présente une AMH inférieure à 1.

 Ménopause précoce : quels sont les causes ?

Dans plus de 80% des cas, les causes de l’Insuffisance Ovarienne sont d’origines inconnues, mais on dénombre plusieurs causes connues :

  • Une malformation génétique : comme c’est le cas chez les femmes présentant un syndrome de Turner ou le syndrome du X-fragile.
  • Un traitement de radiothérapie ou chimiothérapie préalable, qui pourrait épuiser les stocks d’ovules disponibles chez la femme ou bloquer l’activité ovarienne.
  • Une origine auto-immune : hyperthyroïdie, diabète de type 1, lupus, maladie d’Addison
  • Antécédents familiaux d’IOP
  • Causes toxiques : Tabac, alcool

 Quels traitements pour l’IOP ?

Chez les femmes ne souhaitant pas tomber enceinte, les effets secondaires dus à l’absence d’œstrogènes peuvent être traités grâce à un apport substitutif hormonal. Cela évitera notamment les risques cardiovasculaires et osseux chez les patients concernées.

Les femmes souffrant d’infertilité doivent être prise en charge et dirigé vers un traitement de PMA adapté :

  • Si l’insuffisance ovarienne est débutante, une stimulation ovarienne puis une Fécondation In Vitro (FIV) peut aider à l’obtention d’embryons. Les chances de réussite dépendront du nombre d’ovocytes disponibles et de l’âge de la patiente.
  • En cas d’absence totale d’ovulation, la patiente devra avoir recours à un don d’ovocytes, car il est impossible de produire des ovocytes ou de rétablir l’activité ovarienne chez ces patientes. La patiente pourra préparer son utérus à l’implantation d’un embryon avec un traitement substitutif d’œstrogènes et la donneuse d’ovocytes suivra une stimulation ovarienne pour l’obtention des ovocytes. La ménopause ou l’Insuffisance hormonale précoce n’auront pas d’influence sur la réussite du traitement, avec des chances de grossesse d’environ 65%.

Chez ProcreaTec, nous conseillons à toutes les femmes en âge de procréer de demander un bilan de fertilité à leur gynécologue pour ainsi déceler des anomalies ou une baisse prématurée de la fertilité. Un diagnostic précoce permettra ainsi de prendre des décisions à temps, pour l’obtention d’une grossesse ou la préservation de la fertilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *