Infertilité et intolérences alimentaires

spice-370114_640

Chez 10% des couples souffrant d’infertilité, les causes ne sont pas apparentes.

Ces dernières années, les spécialistes ont tenté le pari de découvrir les causes cachées de l’infertilité.  L’une des pistes suivies par certains chercheurs a été l’étude des intolérances alimentaires et leur influence sur la fertilité.

La consommation  d’aliments non tolérés peut parfois provoquée des inflammations chronique qui entraime une réponse du système immunologique. Cette réponse peut être exagérée et mauvaise pour la maturité des ovules. Les intolérances entrainent aussi bien souvent une mauvaise absorption mélodique, ce qui peut provoquer des déficits en vitamines fondamentales pour l’évolution du fœtus. L’intolérance alimentaire peut causer une diminution dans probabilité d’implantation de l’embryon, des fausses-couches à répétition ou un retard dans le développement de l’embryon dans l’utérus.

C’est pour cela, entre autres, que les intolérances alimentaires doivent être suivies et prises en compte pour la fertilité. Nous avons vu comment elles pouvaient affecter la fertilité féminine, mais elles concernent aussi la fertilité masculine. Une étude sur des hommes cœliaques a démontré que la moitié de ceux-ci présentaient un hypogonadisme et des paramètres spermatiques en-dessous de la normal.

Si les effets négatifs sont nombreux, la solution en est assez simple, puisqu’il suffit généralement de retirer un ou deux aliments de notre assiette pour éliminer tous les effets indésirables touchant à notre organisme et à notre fertilité.

Les dernières études à niveau mondial affirment que 50% de la population de pays occidentaux présentent une intolérance alimentaire, et que seulement 20% en sont conscients. En réalité, les symptômes d’une intolérance peuvent passer inaperçus puisque ce sont des symptômes auxquels nous sommes habitués et qui ne présentent pas de problèmes graves.

De récentes études expliquent que 8% des couples présentant une infertilité sans cause apparente sont cœliaques.

 Parmi toutes les intolérances, la maladie cœliaque est celle que l’on retrouve le plus chez les femmes avec des problèmes de fertilité sans diagnostic. L’intolérance au gluten est une maladie auto-immune, le gluten agit ainsi comme activateur d’anticorps au niveau de l’intestin. Beaucoup de femmes qui en souffrent, dans la plupart des cas sans le savoir, présentent plus de fausses-couches et d’échec d’implantation. Les réactions incontrôlées qui peuvent activer le système immunologique peuvent provoquer l’impossibilité d’une grossesse saine. Cependant, la solution est simple, puisque beaucoup de ces femmes ont réussi à être enceinte en éliminant le gluten de leur régime.

 Chez ProcreaTec, nous conseillons toujours une alimentation saine, et s’il est nécessaire, l’aide d’un nutritionniste pour obtenir un équilibre du métabolisme avant de commencer tout traitement. Avec un changement d’alimentation, le potentiel de reproduction peut être amélioré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *