Les hormones thyroïdiennes et leurs effets sur la fertilité féminine.

hormones thyroïdiennes La glande thyroïdienne est un organe situé sur la partie antérieure du cou, dont l’activité est réglée par l’hypophyse, une autre glande endocrine que se trouve dans le cerveau. Son activité contrôle le métabolisme et affecte les fonctions critiques de l’organisme, parmi lesquelles la régularité des cycles menstruels, la grossesse et le métabolisme du bébé pendant son développement.

Les hormones thyroïdiennes, thyroxine (T4) et Triiodothyronine (T3) sont produites par la glande tyroïde. Ces hormones agissent avec les hormones reproductives comme les œstrogènes et la progestérone, pour préserver le fonctionnement régulier des ovaires, agir sur le développement des ovules.

Hypothyroïdie: Quand la glande thyroïdienne produit une quantité insuffisante d’hormones.

Hyperthyroïdie: Quand la glande thyroïdienne produit une quantité excessive d’hormones.

Dans les deux cas, il y a un déséquilibre métabolique et les hormones reproductives sont affectées, avec les problèmes de fertilité conséquents : troubles de l’ovulation, règles irrégulières, et problèmes pour tomber enceinte, ou pour mettre à terme une grossesse.

Excès d’hormones thyroïdiennes: Hyperthyroïdie

Si après avoir réalisé une analyse, nous détectons que la cause de l’infertilité est liée à l’excès d’hormones thyroïdiennes, le traitement le plus adapté sera d’obtenir un taux optimum de TSH (Hormones stimulantes de la tyroïde). Si ce taux est obtenu, ou s’il a toujours été équilibré, mais le problème d’infertilité persiste, il est conseillé de consulter un endocrinologue spécialisé dans les troubles de la reproduction pour réguler ce déséquilibre.

Niveau d’hormones tyroïdiennes insufisante: Hypothyroïdie

En cas de taux très bas d’hormones thyroïdiennes, le taux de TSH sera augmenté pour stimuler la glande thyroïdienne et ainsi élever les niveaux d’hormones thyroïdiennes. Dans 4,6% des cas d’infertilité féminine, nous avons pu détecter ce taux élevé de TSH. Dans ces situations, il se peut que les saignements pendant les règles soit très faible. Et qu’il y ait des irrégularités menstruelles.

De plus, ces troubles affectent la grossesse, et beaucoup de fausses-couches sont dues à des troubles non-traités de la glande thyroïdienne.

Diagnostic et traitement

La méthode la plus efficace pour une bonne évaluation du fonctionnement de la glande sera la réalisation d’une prise de sang pour mesurer les niveaux hormonaux.

Une fois certains troubles diagnostiqués, le traitement pourra varier pour s’adapter à la pathologie détectée. Par exemple, nous utiliserons la levothyroxine pour traiter l’hypothyroïdie et nous mesurerons périodiquement le taux des hormones thyroïdiennes avant et pendant la grossesse.

L’hyperthyroïdisme pourra être traité avec différents médicaments: antithyroïdiens, iode, et une intervention chirurgicale si nécessaire.

Enfin, il est essentiel d’ajouter qu’une grossesse saine est possible et dépendra d’un bon diagnostic et un traitement réalisé avec les contrôles correspondants. De plus, il est indispensable de continuer le traitement tant qu’il est prescrit, il ne supposera en aucun cas une menace pour la grossesse, au contraire, il aidera à un bon développement de celle-ci. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *