De quoi dépend la réussite d’une FIV?

De quoi dépend la réussite d’une FIV?

Pour tomber enceinte, nous avons besoin de ces trois éléments :  un ovocyte, un spermatozoïde et un endomètre réceptif dans un bon utérus.

Mais, dans un processus de fécondation, la réussite dépend de plusieurs facteurs :

La qualité des ovocytes :

 Lors d’une ponction, il est très rare que tous les ovocytes obtenus soient de bonne qualité. La situation normale serait de trouver certains ovocytes matures, d’autres non valables pour la fécondation et d’autres matures mais qui n’aurait pas été fécondés. Le nombre d’ovocytes de bonne qualité sera surtout détermine par l’âge de la patiente et son mode de vie.

La qualité du sperme :

Il faut bien savoir que sur les millions de spermatozoïdes que l’on retrouve sans l’éjaculat, tous ne peuvent pas être de bonne qualité. C’est le spermogramme qui déterminera si l’échantillon est apte pour un résultat optimum. Un traitement de FIV, par exemple, est très efficace en cas de faible mobilité des spermatozoïdes, car la rencontre de l’ovule et du spermatozoïde est plus difficile avec un essai naturel ou une insémination.

La qualité de l’embryon :

Lorsque le sperme féconde l’ovocyte, l’embryon est alors créé. Dans un processus de Fécondation In Vitro, l’embryon est ensuite observé pendant 3 à 5 jours pour contrôler son développement et sa qualité. Plus la qualité de l’embryon sera bonne, plus il aura des chances de s’implanter. Aussi, plus nous avancerons dans le développement, plus nous aurons d’information sur la qualité de l’embryon. L’idéal est de transférer à J3 ou J5 de développement, pour ainsi sélectionner les meilleurs embryons pour un transfert.

La qualité du laboratoire

Il est très important de choisir un centre avec un laboratoire offrant les technologies les plus avancées. La laboratoire jour un rôle très important dans la sélection des spermatozoïdes, la fécondation puis le maintien des embryons dans l’incubateur. Sans un contrôle strict des processus, les embryons peuvent subir un stress environnemental et finalement arrêter leur développement.

La qualité de de l’utérus

L’embryon ou les embryons obtenus seront transférés dans la cavité utérine, au niveau de l’endomètre. Une préparation adaptée de l’endomètre est primordiale pour la réussite de la FIV. L’évaluation de l’utérus se fait par échographie et il doit mesurer entre 7 et 12 mm et présenter un aspect tri-laminaire pour avoir de bonne chance d’implantation. Il faut aussi vérifier les cas d’hyperstimulation par prise de sang: si cela se présente, le transfert ne pourra pas se faire sur cycle à frais car l’endomètre aurait été endommagé.

Même avec ces trois conditions réunies, il arrive que l’implantation n’ait pas lieu. En cas de résultat négatif, il faut alors faire des examens complémentaires et vérifier certains aspects : FISH et Fragmentation de l’ADN pour les spermatozoïdes, test de réceptivité de l’endomètre (Test ERA) ou encore une hystéroscopie pour vérifier la cavité utérine.

L’implantation dépend de nombreux facteurs et chaque étape est décisive pour la réussite du traitement.

Pour plus d’information, consultez notre protocole de FIV.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *