Maman au volant (II)

En matière de risque, monter dans une voiture pendant la grossesse peut être aussi dangereux que fumer ou boire.Dans d’autres pays du monde, le schéma se répète. Aux États-Unis, les accidents dans un véhicule à moteur sont la principale cause de risque de traumatisme pour les femmes pendant leur grossesse, d’après un article publié par le professeur Weiss et sa collègue Catherine Vladutiu dans la revue American Journal of Lifestyle Medicine en 2011. Bien plus qu’une chute à pied ou un accrochage en vélo.

Les chocs en voiture pendant la grossesse sont la principale cause de mortalité fœtale traumatique et de lésion maternelle grave ainsi que de morbidité et de mortalité aux États-Unis. 92 500 femmes enceintes souffrent de lésions en voiture chaque année. On sait peu de choses sur les circonstances de ces accidents et sur leur lien avec la vulnérabilité maternelle en ce qui concerne les chutes et les lésions qui y sont associées. Et sur l’impact des accidents sur le fœtus, encore moins.

« Nous avons créé un environnement qui favorise l’utilisation intensive de la voiture », explique le professeur Weiss. De plus en plus de femmes en âge d’avoir un enfant sont entrées sur le marché du travail et se déplacent avec le moyen de transport le plus courant dans la plupart des pays développés. Alors que l’exposition des femmes enceintes à des accidents de véhicules à moteur a augmenté, le message des responsables de la santé publique lui, ne correspond pas à cette réalité. Il est difficile de trouver des messages d’avertissement concernant la conduite pendant la grossesse. « C’est plus efficace si on se place du point de vue médical », signale-t-il. « Il faut impliquer les médecins, c’est une recommandation qui devrait se faire au quotidien ». La réalité est que dans une société centrée sur la voiture, pour les femmes, ne pas conduire, ce n’est pas une option.

Pour commencer, on devrait toujours donner des conseils aux femmes enceintes sur le port de la ceinture de sécurité : la ceinture doit appuyer au niveau des hanches. Il faut aussi s’assurer que l’airbag n’est pas dangereux pour les femmes enceintes. Il faut si possible éviter de conduire de nuit ou par mauvais temps, où le risque d’accident s’accroit, et choisir de préférence des routes tranquilles puisqu’à vitesse plus faible, les accidents sont proportionnellement moins traumatiques. Enfin, les femmes enceintes devraient tout simplement essayer de moins conduire et moins monter en voiture.

Ces mesures peuvent sembler un peu extrêmes dans un environnement où la voiture est totalement ancrée dans la vie quotidienne. Mais si on tient compte du risque, ne devrait-on pas inclure ces considérations dans les règles d’or de la femme enceinte ?  Le professeur Weiss analyse le sujet sous une perspective purement statistique. « Si vous pouvez réduire de moitié les trajets que vous faites en voiture, vous diminuez les risques de moitié », conclut-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *