C’est mon enfant et je m’émeus chaque fois qu’il se serre contre moi

cest mon enfant

Nous voudrions faire partager à nos lecteurs une carte envoyée par l’une de nos patientes. L’effort quotidien de notre travail vaudra toujours la peine si nous pouvons obtenir un tel bonheur pour quelques personnes. Ce sont ces mots qui font que nous essayons d’être tous les jours meilleurs et de nous surpasser, parce que des messages comme celui-là font que ça vaille la peine.

« Personne ne nous avait dit que le chemin pour être parents allait être aussi éprouvant et aussi long. Après quelques années sans pouvoir tomber enceinte, je commençais à me poser des questions et finalement à faire des analyses. Nous ne comprenions pas pourquoi nous n’arrivions pas à être parents, et ma gynécologue m’a finalement dit de consulter un spécialiste de la fertilité, et elle m’a recommandée ProcreaTec.

Au premier rendez-vous on était complétement perdus, mais on a été très bien reçus et on a suqu’ils pourraient nous aider. Pour le premier cycle de fécondation in vitro, j’avais beaucoup d’espoir, je pensais que ça allait marcher et je ne me rendais pas compte  des changements hormonaux ni de l’anxiété que j’avais avec l’attente… Les piqûres, les échographies, les appels téléphoniques pour savoir combien d’ovules ils avaient obtenus, combien d’embryons de bonne qualité, le test de grossesse… Les trois embryons que je couvais n’ont pas tenus, ça a été très dur pour moi mais j’ai trouvé du réconfort à la clinique et j’ai repris des forces pour affronter un autre traitement.

Pour le deuxième cycle, les choses ont changé, on avait beaucoup plus peur, on connaissait déjà le protocole, toutes les étapes…. L’espoir s’était transformé en retenue et chaque étape était une réussite. Les trois embryons n’ont pas voulu tenir non plus…

Nous étions extrêmement déçus, nous ne comprenions pas pourquoi nous ne pouvions pas être parents, on avait tellement d’amour à offrir à notre futur enfant… alors on a décidé de remettre nos pieds sur terre. Notre envie d’avoir un enfant était tellement grand qu’on voulait se battre et affronter toutes les difficultés. Alors, avec l’aide de toute l’équipe de ProcreaTec, nous avons étudié toutes les possibilités. La qualité de mes ovules n’était pas bonne et l’une des solutions était le don d’ovules. Je me suis posée plein de questions, je n’étais sure de rien, mais les médecins ont été tellement gentilles que j’en oubliais parfois la décision que je devais prendre.

Le jour du transfert, j’étais envahie de sentiments contradictoires, d’un côté la joie, de savoir que j’avais plusieurs embryons de bonne qualité, mais d’un autre côté j’avais plein de doutes en tête, est-ce que l’enfant allait me ressembler, est-ce que quelqu’un pourrait s’en apercevoir ?

Quand j’ai vu que le test de grossesse était positif, j’étais tellement contente que j’en ai tout oublié, on avait enfin réussi, J’étais enceinte ! Quand j’ai entendu son cœur battre, j’étais tellement émue que tous les doutes que j’avais pendant le traitement, se sont envolés.

Maintenant je regarde mon fils et je vois mon reflet sans ses yeux, il me ressemble tellement dans pleins de choses… il a un fort caractère comme moi, il est têtu comme moi, câlin comme moi… et quand il tombe et il se fait mal il pleure dans mes jupes parce que je suis sa mère. J’ai accueilli cette vie dans  mon ventre, je lui ai donné mon sang pendant neuf mois, je l’ai mis au monde et je lui ai donné le sein. C’est mon enfant et je m’émeus chaque fois qu’il se serre contre moi et qu’il me dit : je t’aime maman !

Je voudrais remercier toute l’équipe de Procreatec qui nous a aidés dans ce long parcours, les traitements sont difficiles et le traitement personnel a été très important pour pouvoir les affronter. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *