Infertilité Nouvelles

Les 4 idées reçues sur la FIV

Les 4 idées reçues sur la FIV

Les traitements en PMA font toujours peur et se lancer dans une stimulation peut en faire reculer plus d’une. Pourtant, le traitement de Fécondation In Vitro est sûr et de plus en plus courant aujourd’hui. Faut-il avoir peur de la FIV ? Nous répondons ici au 5 idées reçus sur la FIV.

  • Il y a plus de malformations génétiques avec une FIV

La fécondation en elle-même ne va pas engendrer des malformations génétiques sur l’embryon. Les techniques utilisées, Fécondation conventionnelle ou ICSI, ont prouvé leur efficacité et ne vont pas « abîmer » les embryons obtenus ni provoquer de malformation chez l’enfant. Les statistiques sur la FIV démontrent une légère hausse des cas de fausses-couches spontanées, donc d’arrêt de développement de l’embryon, mais cela s’explique davantage par l’âge des patientes en FIV, ou par les causes de la stérilité, que par la technique en elle-même.

Il faut compter que la plupart des femmes en traitement de FIV ont entre 32 et 40 ans, ce qui augmente les risques de malformations génétiques sur les ovocytes, et donc sur l’embryon.

La technique de Diagnostic Génétique préimplantatoire permet une analyse de l’embryon avant son transfert à l’utérus et écarte ainsi les malformations génétiques.

  • La prise d’hormones augmente le risque de cancer

La stimulation ovarienne exige la prise quotidienne d’hormones sous forme d’injections. Il s’agit des hormones FSH et LH, produites naturellement par le corps lors d’un cycle naturel. Des études effectuées sur des femmes ayant plus de 5 stimulations ovariennes, démontrent qu’il n’y a aucune incidence sur le risque de développer un cancer.

Le traitement est bien sûr adapté à chaque patiente suivant son âge, sa réserve ovarienne et son parcours en PMA. Des examens seront demandés au préalable pour éviter tout type d’effet secondaire indésirable, et la femme ne pourra suivre une stimulation que si elle présente un cadre médicale normale.

Il est souvent conseillé aux patientes de suivre des stimulations douces, pour ainsi ne pas agresser les ovaires et risquer d’abîmer la qualité des ovocytes.

  • Il y a plus de complications pendant la grossesse après une FIV

Certaines études tendent à démontrer un plus grand nombre de cas de complications pendant la grossesse, mais qui peuvent aussi être attribués à la stérilité du couple ou de la femme et non pas au traitement reçu.

Pour éviter les complications d’une grossesse, nous recommandons à nos patientes de suivre une vie saine, avec une alimentation équilibrée et faire de l’exercice, en plus de commencer dès le traitement une cure de compléments en vitamines : Acide folique, Vitamine D, iode et Vitamines B pour la femme.

  • La FIV demande la prise obligatoire de congés

La patiente ne devra pas obligatoirement demander un congé pour son traitement de FIV. Elle peut très bien allier vie professionnelle/privée et traitement. Bien sûr, ce sera plus contraignant pour le suivi échographique et les RDV chez son spécialiste, mais cela ne demande pas un arrêt de travail.

La stimulation ovarienne peut se faire à la maison, par des injections sous-cutanées qui ne demandent pas l’intervention d’un médecin ou d’une infirmière.

Certaines femmes vont aussi travailler le jour même de la ponction ovarienne. Comme il s’agit d’une anesthésie douce, la patiente se réveillera très rapidement, et pourra ensuite reprendre son activité quotidienne.

L’incidence du traitement sur la vie de la patiente dépend bien sûr de chaque femme, et il est primordiale d’écouter son corps et de se reposer si nécessaire.

Nous conseillons à nos patientes d’en parler à leur entourage et même au travail pour ainsi éviter un poids psychologique supplémentaire.

blog

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour publier un commentaire

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Catégories

Archives